Mère et fille

La plus belle Fille du monde d’Agnès Desarthe, Décollage immédiat, Fabien Clavel

L’analyse que fait Bruno Bettelheim de Cendrillon démontre que la rivalité fraternelle entre Cendrillon et ses deux belles-sœurs, sur laquelle les versions modernes mettent l’accent, prend ses racines dans le refus œdipien. Ce schéma est présent dans de nombreux contes : le père désire sa fille, qui doit s’enfuir ; le père rejette sa fille car elle ne l’aime pas assez ; ou encore, la mère repousse sa fille car le père l’aime trop. Le père devient ainsi l’adversaire de l’héroïne, face aux autres adversaires que sont la (belle-)mère et les (demi-)sœurs, qui agissent comme un seul et même personnage . Bettelheim s’appuie sur les théories freudiennes du développement œdipien de l’enfant, certes largement mises en question aujourd’hui, mais dont l’utilisation en critique littéraire psychanalytique, même datée, permet de fonder une réflexion sur le sens de la représentation des parents dans les histoires de jeunesse. Ainsi, selon les théories du Complexe d’Œdipe, rappelées par Bettelheim tout au long de ce chapitre, la petite fille commencerait par aimer sa mère (qui réapparaît dans Cendrillon sous les traits de la fée-marraine, qui sert de modèle à d’autres représentations de substituts de mère ou de modèles de femme dans les fictions adolescentes contemporaines ), avant de s’attacher à son père et de réclamer son amour : c’est ainsi que naîtrait la rivalité entre les frères et les sœurs, qui s’arrachent toutes et tous l’amour paternel. A la fin de la période œdipienne, la petite fille se sent rejetée et livrée à elle-même, elle grandit en s’autonomisant et se tourne de nouveau vers sa mère à qui elle peut s’identifier.

La mère, explique Bettelheim, est représentée par la maison et l’âtre. Ainsi, Cendrillon traîne-t-elle dans les cendres de manière volontaire, pour s’accrocher à sa mère, avec tout le désespoir de la petite fille qui a perdu sa mère et se retrouve face à une belle-mère méchante et exigeante. Dans ce conte, la petite fille doit faire face à la perte de sa mère originelle, à la fin du rêve de bonnes relations avec son père, et à l’impossibilité de trouver un substitut de mère dans sa belle-famille. Cette déception la fait grandir, elle passe de l’enfance à l’âge adulte, elle devient une femme prête à se marier.

De nos jours, grandir ne signifie pas se marier. De plus, comme le montrent les deux romans que nous nous proposons d’étudier aujourd’hui, l’absence du père court-circuite souvent le Complexe d’Œdipe. Pourtant, les pères sont évoqués dans ces deux histoires, même s’ils sont absents, et il peut paraître étrange que des romans mettant en scène des héros adolescents laissent une si large place aux parents, notamment à la mère. Pourquoi ne pas avoir laissé ces deux jeunes filles seules, comme le font bon nombre de romans de jeunesse ? Ainsi, Michel Bussi dans le premier tome de N.E.O. a fait mourir tous les adultes avant le début, comme dans Sa Majesté des Mouches. Dans Décollage immédiat, le rôle de l‘espionne qui entraîne Lana dans ses aventures aurait pu être un personnage autre que la mère, dans La plus belle Fille du monde, l’histoire de Sandra avec ses amis, au lycée, se passerait tout aussi bien de la mère. Quels rôles ont donc les parents dans ces romans, quel effet ces personnages provoquent-ils chez le lecteur ? L’analyse de Bettelheim s’applique-t-elle, si nous l’adaptons au XXIe siècle ? En quoi le schéma du conte (avec le père, mais surtout la mère, et ici sans fratrie), est-il déterminant dans le schéma familial choisi par les auteurs ? Nous étudierons cette relation mère-fille comme représentative de la situation familiale d’un grand nombre de lecteurs, c’est-à-dire en tant qu’effet-personne, nous verrons la manière dont cet effet glisse vers l’effet-prétexte, en poussant à l’extrême l’idée de Bettelheim d’identification à la mère, qui irait ici jusqu’à l’anéantissement de la figure maternelle, puis nous nous arrêterons sur le problème posé de nos jours par ce foyer partagé, qui n’appartient plus seulement à la mère, et nous demanderons comment ce partage des cendres est représenté dans ces deux romans.

1) Mère et fille à notre époque

La dimension historique de contes n’est plus à démontrer ; les romans pour adolescents sont eux aussi fortement ancrés dans leur époque et correspondent précisément aux adolescents et jeunes adultes à qui ils s’adressent. Ainsi, les deux romans de notre étude sont-ils exactement de la même époque (2010 et 2012), et représente une situation familiale où Œdipe est mis au placard par l’absence du père. Les deux héroïnes vivent seules avec leur mère, et cela pourrait invalider aussitôt notre tentative de les lire à la lumière de la « psychanalyse des contes de fées » de Bettelheim. Cependant, les pères, malgré leur absence (il ne s’agit pas là de situation de garde alternée, ni de droit de visite un weekend sur deux et la moitié des vacances), sont évoqué dès le début du roman, comme un problème. Ce problème familial est aussi un problème de société, et il se peut que les auteurs se prémunissent ainsi contre une quelconque critique des lecteurs, néanmoins, ne terme d’effet-personnel, le père n’apporte strictement rien : était-il donc nécessaire de s’encombrer de ce personnage ?
Dans Décollage immédiat, le père se rapproche d’un effet-personnel en participant au stéréotype de l’époque, expliquant la rébellion de Lana, qui en veut à ses parents de leur récent divorce, mais cela va plus loin :

Il va encore me parler du divorce, me dire qu’il faut aller de l’avant, que j’ai ma vie à vivre. Ce genre de choses.
Mon père en avait marre des absences de ma mère et il s’est barré, point.
Je le comprends. Moi, c’est quand elle est là que je ne la supporte pas. Il faut toujours que ça se termine en engueulade. Je ne me comporte jamais comme il faut, je suis irritable, désagréable, grossière, je ne vois pas les sacrifices qu’elle fait pour moi, blablabla…

Fabien Clavel, Décollage immédiat, Rageot, 2012, p.9

Ici, le stéréotype porté par le proviseur du lycée pour expliquer l’attitude de Lana, ne correspond pas à la réalité de la jeune fille, ce qui permet au narrateur dès les premières pages de faire glisser l’effet du « personnel » à la « personne », pour reprendre les termes de Vincent Jouve, et de « séduire » le lecteur. Ce narrateur n’adopte pas le point de vue de l’adulte et exprime ce que ressent cette adolescente. Le narrateur est nécessaire car, tout comme Lana, l’adolescent ne s’exprime que difficilement. De plus, cette rectification silencieuse de Lana permet à l’auteur de rectifier le schéma oedipien dessiné par Bettelheim : le père ici n’est pas l’adversaire de l’héroïne, face à la mère et la fratrie. Le père est du côté de Lana, c’est un adjuvant dans la quête de Lana, qui se définit dès ce premier chapitre comme une quête de soi-même (même « irritable, désagréable, grossière », ce que le personnage revendique par son attitude, puisqu’elle vient de frapper un camarade de classe). L’adversaire, l’opposant à cet épanouissement, c’est la mère, qui apparaît comme très exigeante, comme la belle-mère de Cendrillon. Autrement dit, sa mère ne l’aime pas, son père est absent, Lana Blum vit exactement la même déception que Cendrillon : elle devrait s’en sortir. Pourtant, ce n’est que le début de la crise.
Dans La plus Belle fille du monde, le schéma est similaire : Sandra vit seule avec sa mère, le père est absent, mais la jeune fille n’est pas en colère, sûrement parce qu’elle a toujours connu cette situation :

Mon père, lui, c’est un genre de pépiniériste. Il plante. Pas des arbres, des bébés. Il adore ça. Il a fait des bébés à tout un tas de femmes. Il s’en occupe très bien pendant six à dix mois et après il part. Je dois avoir une douzaine de demi-frères et sœurs. Je ne les connais pas. Le vrai métier de mon père, c’est menuisier. Lui, il gagne beaucoup d’argent, mais il n’en donne presque pas à ses femmes et enfants. Pourquoi ? Parce qu’il est tellement sympa qu’on n’a pas envie de lui en demander. C’est ce que m’a expliqué ma mère un jour où elle s’arrachait les cheveux à cause d’une grosse facture d’électricité. « Demande à mon père, lui ai-je dit. Y a quand même des lois ! Il est obligé de nous aider. » Ma mère m’a rétorqué qu’il s’agissait d’un vide juridique. Je sais que ce n’est pas vrai, mais mon père comme vide juridique, ça m’a plu, alors j’ai arrêté de discuter.

Agnès Desarthes, La plus belle Fille du monde, L’Ecole des Loisirs, 2010, p. 9.

Le lecteur en sait beaucoup plus sur le père, et adopte le point de vue distancié de Sandra, et de sa mère. De plus, le père réapparaît plus loin dans le roman, comme un adjuvant sollicité par la mère pour aider Sandra à grandir et à se trouver elle-même. Ici, une fratrie, mais que Sandra ne connaît pas. Il n’est pas question de rivalité pour l’amour paternel, qui semble équitablement réparti. Stéréotype du géniteur qui n’arrive pas à devenir père et surtout, de l’adulte enfermé dans un schéma, la réaction de la mère qui le tient éloigné, même quand elle a besoin, semble tout à fait cohérente : au début, le lecteur ne peut se douter qu’elle va faire appel à lui.
Ces deux adolescentes évoluent donc dans des schémas familiaux typiques de leur époque, mais fortement ancrés dans une réflexion sur le rôle des parents, ancestrale, mais ici actualisée par le contexte des années 2000 : le divorce est-il traumatisant ? la présence paternelle est-elle nécessaire à la jeune fille pour grandir, et donc se détacher de sa mère, avant de revenir vers elle ?
L’adolescence est en effet ce moment où l’on passe de l’enfance à l’âge adulte, mais aussi où l’on se construit, où l’identité se forme, dusse-t-elle passer par une phase de non-conformisme afin de s’affirmer : c’est le chemin de Lana, alors que Sandra est plutôt effacée et affirme : « je m’endors avant d’avoir trouvé le chemin précis qui mènerait à ce moi nouveau » . Alors que Lana est prête à exploser, alternative à la fuite (qui est la solution adoptée par son père qui, peut-être, lui a volé sa place ), Sandra, elle, se replie sur soi et attend, comme la « Belle au Bois dormant » . Les deux personnages adolescentes sortiront de force de la relative sérénité de leur enfance, Lana par un voyage initiatique où elle doit devenir une héroïne, Sandra par un voyage intérieur quand elle se retrouve face à Liouba, qui se révèle être un reflet de sa mère, jeune, qui est définie à la fin du roman comme « la plus belle fille du monde ».
La mère a ainsi un rôle primordial dans ces deux histoires, et l’éviction du père permet non seulement de correspondre à une réalité de notre époque, mais aussi de mettre l’accent sur ce double mouvement de repli (face à une mère très présente), d’opposition (pour s’en détacher) et de retour que l’adolescente devenue adulte peut faire pour se construire avec sa mère en face d’elle. La différence, nous le voyons, se situe au moment de l’opposition, justement parce que le père, absent, ne permet pas ce détachement.

2) La mère et le foyer : sortir de l’enfance sans sortir de chez soi

La mère doit laisser l’enfant partir, après l’adolescence, c’est ce que disent les contes : ce moment du départ est important. Dans Cendrillon, il faut deux mères après la mère originelle pour que Cendrillon parte (la méchanceté de la première ne suffit pas, il faut que la fée la transforme en princesse, en bel objet, autrement dit, c’est à cette mère de substitution que revient la tâche de transformer la jeune fille en jeune femme). Dans La Belle au bois dormant, le long sommeil de l’adolescence ne suffit pas : elle doit se cacher de sa belle-mère l’ogresse, mère de son mari parti à la guerre, qui veut ensuite manger les petits-enfants, privant ainsi la princesse de sa place de mère. Dans Le petit Chaperon rouge, la mère envoie son enfant dans la forêt, tout à fait consciente du danger. Les exemples sont nombreux et racontent la même chose : la jeune fille doit partir du foyer, qu’on la retienne ou qu’on la pousse vers le monde extérieur, c’est-à-dire sa propre vie. De nos jours cependant, la départ du foyer est tout à fait différent et les jeunes adultes restent de plus en plus longtemps dans leur famille, et doivent donc grandir autrement qu’en partant loin de leur mère (qui, rappelons-le, est assimilée au foyer). Ce phénomène peut expliquer la présence très marquée des mères dans les romans adolescents d’aujourd’hui : on ne quitte plus le foyer/la mère comme avant, car les temps ont changé.
Dans Décollage immédiat, c’est la mère qui part, qui est absente, ce qui explique, selon Lana, le divorce de ses parents. Si l’appartement est matériellement confortable, les petits mots laissés par la mère hôtesse de l’air ne suffisent pas au confort affectif de l’héroïne adolescente, que sa mère va faire sortir de chez elles, car il y a danger . Contrairement à la mère du petit Chaperon rouge, qui lui fait quitter la maison sûre pour traverser les dangers, et rejoindre une autre mère, la porte blindée de l’appartement des Blum ne suffit pas. Le danger est à l’intérieur, il faut peut-être prendre cette affirmation de manière symbolique également : Lana ne peut pas rester enfermée chez elle, à végéter sans grandir.
Dans La plus belle Fille du monde, la mère laisse aussi des petits mots à sa fille, qui exprime clairement l’idée qu’elle se fait d’une mère :

Si c’était moi qui décidais de la marche du monde, ma mère ne travaillerait pas, elle passerait sa journée à repasser nos draps et à mijoter des petits plats

La plus belle Fille du Monde, p. 23

Pourtant, si sa mère était ainsi, elle la pousserait sûrement vers l’extérieur, malgré tout. Ceci est un fantasme d’enfant, d’avoir une mère dévouée à lui seul. Le fantasme de Lana est différent : il est nié. L’on peut presque prendre cette histoire pour un rêve d’enfant : ma mère est une super héroïne, ce qui explique qu’elle n’est pas là. Si elle ne s’occupe pas de moi, c’est qu’elle s’occupe d’une cause plus grande encore : sauver le monde. Celle de Sandra l’est aussi : elle est une avocate engagée, pauvre car « elle défend des gens gratuitement » . Il semble inenvisageable qu’elles s’épanouissent dans leur travail, qu’elles aient une autre vie, qu’elles ne soient pas le foyer.
Leur absence, cependant, va permettre aux deux adolescentes de sortir de chez elles et de grandir, Sandra en s’identifiant à Liouba, Lana en devenant elle-même une super-héroïne.

3) La même, et pourtant différente

Dans les deux cas, le pas vers la vie d’adulte passe par la mère. Selon Bettelheim, après un mouvement d’éloignement de la mère, la jeune femme revient vers celle qui est aussi un modèle, un exemple de femme. Dans le cas de nos romans, la mère s’éloigne, et les deux adolescentes semblent courir derrière elle. Lana parce que sa mère l’appelle, mais sa ruse consiste principalement à se faire passer pour sa mère, jusqu’à devenir elle-même. Cette superposition lui permet de calmer sa colère, de découvrir sa mère, de mieux la comprendre, et d’être ainsi prête, sinon à se marier, du moins à ne pas frapper le garçon qu’elle rencontre mais à tomber amoureuse. Reste que ce garçon, allié de sa mère, a d’emblée l’approbation de cette dernière, et cela reste à interpréter.
Sandra, elle, ne veut surtout pas ressembler à sa mère, et suit un contre-modèle, qui lui fait refuser la liste des courses de sa mère, et acheter « du flétan, du boulgour bio et des pousses d’épinards en vrac » car « le poulet fumé en sachet, plus les chips, plus la mâche lyophilisée, c’[est] pas exactement le menu belles fesses/belle peau », pour ressembler à Liouba, la plus belle fille du monde. Elle ne se doute pas que sa mère qui a eu « une journée de merde » et a « envie de manger des trucs bons avec de la mayonnaise, pas des machins qu’on met cent ans à cuisiner à la vapeur », a été, un jour, « la plus belle fille du monde », quand elle était jeune. Ainsi, quand sa mère la pousse non pas vers l’extérieur, mais vers son père, elle semble la pousser vers son passé à elle, et à se réconcilier avec elle avant de faire sa vie. S’identifier à Liouba, c’est s’identifier à sa mère, quand elle était jeune, et seule une rencontre avec son père, vers ses origines, peut lui montrer cela.

Le personnage de la mère, ainsi, dépasse l’effet-personne, sans pour autant le détruire. Elle est même le personnage qui fait entièrement le lien entre l’effet-personnel (la mère comme pion sur l’échiquier des contes, selon le complexe d’Oedipe appliqué à la littérature pour la jeunesse, avec un détachement nécessaire avant un retour de la fille vers sa mère), l’effet-personne (dans la relation mère-fille à laquelle l’adolescente, mais aussi sa mère, peuvent s’identifier), et l’effet-prétexte (avec la fantasme de la fille qui voit sa mère comme une super-héroïne, ou comme un monstre qui l’empoigne par le col, avec un désir sous-jacent de l’anéantir et de prendre sa place). La place des pères dans ces deux romans, absents-présents, et, plus largement, la place des personnages masculins, est intéressante : pions de l’échiquier des relations entre la mère et la fille, reflet de leur place dans la société et dans certains schémas familiaux, leur rôle pose question.

  • Fabien Clavel, Décollage immédiat, Rageot, 2012.
  • Agnès Desarthe, La plus belle Fille du monde, L’Ecole des Loisirs, 2010, p.9.
  • Bruno Bettelheim, Psychanalyse des contes de fées, Pocket, 2016.
  • Voir notre analyse du rôle de Vanessa, dans Tenir debout dans la nuit, d’Eric Pessan, https://youngadult.hypotheses.org/42.
  • BRICOUT Bernadette, « Les deux chemins du Petit Chaperon rouge », in Frontières du conte. Textes rassemblés par François Marotin, 1982, Paris, Éditions du CNRS, p. 47-54.
  • LOSKOUTOFF, Yvan, La Sainte et la Fée, Dévotion à l’enfant Jésus et mode des contes merveilleux à la fin du règne de Louis XIV, Genève, Droz, 1987.
  • Dans La Fille sans nom, Maëlle Fierpied (Ecole des Loisirs, 2019) commence l’histoire de Camille, 15 ans, par une fugue, nécessaire pour découvrir qui elle est.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search