L’effet-personnel dans Tenir debout dans la nuit, d’Eric Pessan

Vincent Jouve distingue trois effets exercés par le personnage sur le lecteur, qui induisent trois façons de lire le personnage et la fiction dans laquelle il évolue. Ainsi, “l’effet-personnel” induit une posture de “lectant”, c’est-à-dire de lecteur qui reconnaît des structures stéréotypées chez le personnage, et qui peut donc participer à sa construction ; “l’effet-personne” place le personnage comme un reflet d’une personne réelle et tisse ainsi un lien avec la réalité, notamment celle du lecteur, le “lisant”, qui, souvent, s’identifie ainsi au personnage qui lui ressemble plus ou moins ; enfin, “l’effet-prétexte” entre dans l’inconscient du lecteur, le “lu”, pour “vivre imaginairement les désirs barrés par la vie sociale”.
Dans son roman pour adolescents Tenir debout dans la nuit, Éric Pessan met en scène Lalie, dont l’histoire et la description en appellent clairement au lisant et au lu. Au lisant, car cette histoire raconte ce que de nombreuses jeunes filles et femmes vivent (une agression sexuelle), et au lu car l’auteur explore dans ce roman la peur et la culpabilité infondée que ressentent et décrivent de nombreuses victimes de viol ou de tentative de viol.
La question qui se pose alors concerne l’effet-personnel : Lalie porte-t-elle certains stéréotypes, et lesquels? Cette inscription dans des schémas littéraires et dans une intertextualité permet en effet au lecteur de trouver de l’intérêt à un roman au-delà de l’identification et de l’intérêt personnel, permet au lecteur de participer à la construction de l’histoire en saisissant sa cohérence, et permet enfin d’entrer en résonance avec d’autres textes et de s’inscrire dans une histoire littéraire. En d’autres termes, interroger l’effet-personnel d’un ouvrage, c’est interroger sa littérarité.




I) Lalie, un personnage cohérent

L’effet-personnel, c’est considérer le personnage comme un « pion » de l’histoire, c’est-à-dire comme un élément de la cohérence diégétique, qui permet au « lectant » de comprendre et même d’anticiper les « mouvements » du personnage « sur l’échiquier du texte ».
Ainsi, Lalie, face à une mère en souffrance, est forcément éblouie par Vanessa, la mère de Piotr, et aveuglée lorsque cette dernière lui propose de les accompagner à New-York. Autrement dit, il est logique qu’elle n’ait pas réfléchi plus, ravie de faire ce voyage extraordinaire avec une mère absolument belle et bien dans sa peau, dont on peut comprendre l’effet sur une jeune fille. Le lecteur suppose que Lalie va essayer d’être à la hauteur (comme lorsqu’elle ressent durement l’effet du jetlag), et qu’elle ne va pas être totalement elle-même. Le lectant peut expliquer Lalie et comprend le rôle de la mère de Lalie, qui offre le contexte familial, peu reluisant, et qui explique aussi l’envie folle de Lalie d’aller à New-York avec Piotr, dont on sait très bien qu’il est un camarade et non un ami. Sur l’échiquier, donc, la répartition des pions laisse le lecteur deviner ce qu’il va se passer, ou, du moins, cela ne semble pas incohérent, le début du texte et la place de Lalie préparent la suite.



II) Lalie, un personnage stéréotypé

Cela n’est possible que parce que Lalie fait écho dans l’esprit du lecteur à des schémas préétablis, points de repère qui permettent de comprendre la cohérence dont nous venons de parler. Autrement dit, Lalie s’inscrit dans l’échiquier de Tenir debout dans la nuit, mais aussi dans l’échiquier intertextuel des récits qui mettent en scène des jeunes-filles-proies face à un prédateur. Lalie est une petite fille, elle est le petit Chaperon rouge qui veut jouer sans penser à mal, qui ne veut pas grandir.
Elle est aussi Cendrillon, la Belle au Bois Dormant, bref, la jeune fille qui attend que le prince vienne la sortir de sa condition.
Le lectant connaît tout cela, et Lalie s’inscrit dans ses références plus ou moins conscientes, dans son imaginaire et éveille les schémas nécessaires pour éveiller son intérêt et sa compréhension : comment une telle situation se traduit-elle de nos jours ? De quelle manière Lalie représente-t-elle à la fois ce qu’il y a d’universel dans le passage de l’enfance à l’âge adulte pour une fille, et ce qu’il y a de particulier et d’inhérent à notre époque ? On ne se méfie plus, car une jeune fille peut partager un logement avec un garçon, on ne se méfie plus car il n’y a pas de rite de passage pour devenir une femme, on ne se méfie plus car la femme est l’égale de l’homme.


III) Lalie, un personnage à interpréter

Pourquoi alors Lalie est-elle cohérente dans son rôle de jeune fille naïve, dans ce rôle déjà vu, et, comme nous l’avons dit, si cohérent qu’il est prévisible ?
« Le lecteur, spontanément, déchiffre le texte sur la base des scénarios empiriques intégrés à son encyclopédie » : il faut ainsi être suffisamment lisible pour que le lecteur comprenne le texte non comme une histoire individuelle, mais comme une histoire universelle, qui a forcément quelque chose à lui raconter. Cela a pour conséquence de réduire les possibilités du personnage, afin de mettre le lecteur dans son rôle de « lectant », c’est-à-dire de lecteur critique, et de le rendre actif dans la lecture puisqu’il est en mesure de déchiffrer, et donc d’interpréter Lalie, qui peut ainsi prendre vie, du moins donner l’illusion de prendre vie, par la participation du lectant.


Ainsi, cet effet-personnel est l’effet qui répond le plus à des injonctions littéraires et qui assoit le personnage dans une tradition que le lecteur reconnaît. La littérarité ne consiste pas seulement à se placer dans une intertextualité, mais aussi à résonner suffisamment fort dans l’esprit du lecteur pour qu’il enclenche une lecture interprétative, qui, de manière un peu paradoxale, va sortir le personnage de sa position d’être de papier, et lui permettre de provoquer un effet-personne sur le lecteur, et même un effet-prétexte.

Carine Roucan, enseignante à l'université Le Havre-Normandie.
Séance de Master Littérature française et Création littéraire du 16/02/2021

1 réponse

  1. 04/03/2021

    […] L’effet-personnel dans Tenir debout dans la nuit, d’Eric Pessan […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search