Akan, dans NEO de Michel Bussi (tome 1 – Le soleil de fer)

Dans NEO de Michel Bussi, Akan est le chef des enfants du tipi, avec Mordélia, la guérisseuse (qui, dans la liste des personnages, n’est pas identifiée comme cheffe, mais qui agit en tant que telle et que le lecteur identifie ainsi car elle correspond au modèle de l’héroïne antique, qui a une autre force que la force physique de l’homme).
Akan semble construit en effet sur le modèle du héros antique : particulièrement fort, les autres le reconnaissent comme supérieur à eux et le suivent. Akan, ainsi, est chef, même si on ne peut attester d’une identité de demi-dieu, car tous les adultes sont morts et les enfants du tipi n’ont aucun souvenir de leurs origines. Il est néanmoins comparé aux statues que les enfants aperçoivent dans le château, et même précisément à Achille, que l’on se représente comme le plus fort et le plus courageux des héros grecs. Cette référence à la mythologie renvoie aux origines de la littérature de jeunesse, et à l’ouvrage fondateur, Les Aventures de Télémaque (1699). Fénelon choisit de raconter l’histoire du fils d’Ulysse, pour favoriser l’identification, et concède au merveilleux qui plaît aux enfant. Néanmoins, il n’écrit pas cette épopée pour distraire le jeune lecteur, mais bel et bien dans une visée didactique. Il est en effet le précepteur du Duc de Bourgogne, et il veut enseigner au petit-fils de Louis XIV la nécessité de l’héroïsme chez les rois, tout en le mettant en garde contre la tendance des héros qui se laissent griser par leurs pouvoirs et vont souvent jusqu’à affronter les Dieux.
De nos jours, le concept même de héros est mis en question depuis les attentats du 11 septembre 2001 qui ont visiblement renversé les valeurs héroïques, ou, du moins, les ont déconstruites comme modèle : le héros peut être du côté du Mal, ou du Bien, selon ses valeurs. Le héros est un guerrier, et la guerre redevient une réalité dans le monde occidental, perdant ainsi sa valeur symbolique pour en dévoiler toute l’horreur. Pourtant, les pédagogues s’emparent de cette question, et beaucoup pensent que c’est cette absence d’héroïsme, et de défi (on parle effectivement de « défi cognitif ») qui explique en partie le décrochage scolaire et la démotivation en général.
Comme Serge Boimare, nous pouvons nous demander si le référence au héros grec peut donner envie au lecteur d’être un héros de sa propre vie, peut lui conférer la force de surmonter les difficultés dans ses apprentissages et dans sa vie quotidienne. C’est alors interroger ce roman dans sa visée didactique : quel est le sens de la construction du personnage d’Akan, explicitement défini comme un héros antique ? Être le plus fort aurait suffi : en effet, le parallèle avec Achille accentue l’effet-personnel et la référence au héros au sens propre du terme, mais l’ensemble du roman se présente comme un divertissement. Est-ce là une marque d’érudition, à transmettre au lecteur mais aussi aux adultes qui prescrivent cet ouvrage ? Il est en effet manifeste que l’effet-personnel ici, la reconnaissance d’Akan non pas comme chef mais comme héros antique, l’éloigne de l’effet-personne sur le lecteur qui peine à s’identifier à lui. Nous pouvons nous demander si cette référence accentue l’effet-prétexte, et si, dans la lignée de ce qu’affirme Serge Boimare, la figure du demi-dieu stimule l’idéal du Moi du lecteur, ou si, au contraire, cela correspond à un rêve de grand homme qui nous guiderait, que l’on suivrait, comme l’on suit les héros qui restent alors dans notre imaginaire et nous placent comme spectateurs.

I) Akan, le personnage-type du chef

Même si ce n’est pas si simple, le personnage d’Akan est avant tout le type du chef, celui qui domine les autres enfants, qui dirige la communauté des enfants du tipi.

1. Akan, le chef des enfants du tipi

Il est ainsi présenté dès l’incipit : avec Mordélia, il forme un couple parental de substitution, et ce sont les deux qui convoquent Zyzo, le personnage principal, qui pense alors se faire gronder :

Quand Akan et Mordélia convoquaient un garçon ou une fille du tipi au quatrième étage, ce n’était pas pour lui souhaiter son anniversaire mais plutôt pour lui faire passer un mauvais quart d’heure, parce qu’il n’avait pas respecté les règles de la tribu, qu’il avait gaspillé des graines ou de l’eau, qu’il s ‘était éloigné des chemins de chasse, ou qu’il s’était approché des endroits interdits : le château ou le Sanctuaire.

Michel Bussi, NEO, p.12.

Dès les premières lignes, Akan est défini comme le gardien des règles de la communauté, et les enfants du tipi comme une société organisée, avec des règles non pas édictées par Akan et Mordélia, mais surveillées par eux deux. En quelques mots, le lecteur comprend que la tribu du tipi vit à l’état naturel mais en société politisée, et entre dans une observation ethnologique intéressante : des enfants sans parents vivant à l’état naturel (de cueillette et de chasse), et loin des lieux culturels. Suivent-ils donc Akan parce qu’il est grand et fort, comme par une reconnaissance animale ? Non. Le narrateur rectifie aussitôt : même si Akan parle peu, c’est par intelligence (il « n’était pas habitué à parler pour ne rien dire, et encore moins à répéter des phrases aussi stupides » [que « joyeux anniversaire »]. Ainsi, Akan est certes le plus grand et le plus fort (il mesure 1,70 m à 12 ans), les enfants l’écoutent et lui obéissent non par peur, mais par respect de son jugement : « parce qu’il était calme, parce qu’il ne se mêlait jamais aux bagarres mais trouvait toujours des punitions justes, parce qu’il prenait toujours de bonnes décisions, parce qu’il savait être sévère quand il le fallait. » Akan a pris le rôle du parent, avec Mordélia, non dans une répartition homme-femme, ou père-mère, mais dans un système qui ressemble à celui du peuple Akan en Afrique de l’Ouest (Ghana principalement), où la charge de famille est exercée par un homme et une femme, car chacun dans cette culture est à la fois une matri-personne et une patri-personne (Fortes, M. 1963 «The Submerged Descent Line in Ashanti», dans I. Shapira (ed.) Studies in Kinship and Marriage. Institut royal d’anthropologie, Londres Calendrier Akan – https://fr.qaz.wiki/wiki/Akan_calendar).

Il est également reconnu comme le chef par les enfants du château, qui se fient uniquement à son apparence physique :

Car il était leur chef, aucun doute, ce garçon à la peau noire, avec ses muscles, son regard fier, comme un Achille d’ébène.

p.258.

2. Akan, un chef réfléchi et raisonnable

Cependant, les critères ne sont pas aussi superficiels dans la tribu du tipi, qui semble bien plus organisée que celle du château (Alixe est reine malgré elle), et Akan est un chef qui assume son rôle, qui réfléchit, qui a des soucis de dirigeant. Il prend des décisions posées, comme avec les peaux du tipi, quand le soleil chauffe :

La chaleur dans le tipi, derrière les peaux et tissus, devenait intenable dans la journée, mais Akan avait ordonné de ne pas les décrocher.

p.113.

La conjonction de coordination indique qu’il s’oppose à la réaction du groupe qui agit là dans la précipitation et en réaction à une situation hautement inconfortable. Les deux phrases suivantes expriment les deux arguments du chef, dans un discours narrativisé qui assume la double énonciation : alors qu’il s’adresse à la tribu, le narrateur reprend les paroles à son compte et explique au lecteur non seulement la dureté de la vie dans la tour Eiffel, au-delà de l’aspect ludique, mais aussi le caractère raisonnable et prévoyant d’Akan, qui réfléchit aux conséquences, trait de caractère qui caractérise les adultes.
Akan n’est pas seulement un adulte responsable, un parent qui pense à la sécurité des enfants comme au chapitre 10 (p.145), il doit également gouverner, notamment face à un peuple inconnu, et devenu ennemi depuis que lui et Mordélia y avaient envoyé Zyzomys. Il se positionne contre la guerre, et ainsi contre Mordélia, qui rompt ainsi l’équilibre matri-patriarcat :

Akan veut tout faire pour l’éviter, et il a raison ! Akan a pour devoir de porter un message d’espoir.

p.118.

Il explique en effet ses arguments et gouverne de la même manière qu’il gère la famille :

Le château est inattaquable, expliqua avec calme Akan, si on n’en connaît pas l’entrée. Les portes possèdent des verrous. Les fenêtres sont protégées par des barreaux. Au mieux, en cassant quelques vitres, on pourrait se faufiler et entrer un par un. Nous serions alors des proies faciles…

p.354.

Il s’oppose en effet à Bill, en énonçant ses arguments. Cependant ici, contrairement à son explication pour les peaux du tipi, le personnage s’exprime sur un ton bien plus autoritaire, comme le montre l’absence de connecteurs logiques. La parataxe empêche l’interlocuteur d’avoir accès à la logique du locuteur (et donc de comprendre et même de répondre) et le présent prend alors une valeur gnomique. Le conditionnel exprime la concession argumentative, mais vite balayée par une phrase non terminée qui exprime le fait qu’Akan ne croit pas à cette solution et que cette concession n’est que pure politesse, même pas menée au bout, car, ne l’oublions pas : Akan ne parle pas pour ne rien dire, surtout pas des stupidités.

3. Akan, un décideur

Akan éduque, explique, mais sait également décider raisonnablement : non pas en opposition aux autres, mais sans pour autant livrer entièrement ses raisons, comme lorsqu’il décide d’affronter ceux du château. Le fait qu’il ne l’a pas dit à Mordélia montre bien qu’il réfléchit et décide seul, et sait changer d’avis quand il le faut, ce qui révèle ses qualités de dirigeant, de décideur :

– Tu as changé d’avis, Akan ? Je croyais que si on attaquait le château sans savoir comment y entrer, nous nous ferions tous massacrer.

– Et toi ? Je croyais que la voulais, cette guerre ? Alors, nous la livrerons. Nous nous défendrons, nous tuerons tous ceux que nous pourrons tuer, peu importe combien nous serons à tomber.

p.376.

Si cette décision paraît extrêmement cohérente au lecteur, qui reconnaît dans le personnage-type du chef celui qui sait se battre quand c’est nécessaire, et qui, comme il le fait rarement, ne le fait que lorsque c’est inévitable, ce qui est le cas ici, la réaction de Mordélia et les commentaires du narrateur souligne un passage dans une autre sphère, celle rêvée par Mordélia : la guerre de Troie, Achille, l’héroïsme mais non aps au sens symbolique, pusiqu’ils risquent tous de mourir. Pourtant, Akan est bien devenu « un guerrier déterminé » et Mordélia le trouve « aussi beau que tous les héros de son livre, aussi beau que tous ces rois grecs de L’Iliade, ces demi-dieux prêts à tout pour défendre leur honneur, prêts à se battre, prêts à tuer » (p.376). Ainsi, de parent, Akan devient guerrier farouche, et permet à Mordélia de vivre son rêve. Du personnage-type de chef, Akan devient le prétexte au fantasmes de gloire et de mort de Mordélia, mais aussi du lecteur.

II) « tous les massacrer jusqu’au dernier ! » (Mordélia, p.377)

L’aspect héroïque d’Akan, souligné plusieurs fois, fait entrer les personnages dans une autre sphère : Akan sort de la raison pour entrer dans une sphère de désirs inavouables, notamment celui de tuer, lié à celui d’être le plus fort.

1. Akan / Achille

Et le regard que Mordélia porte sur lui perd tout principe d’égalité et devient admiration amoureuse, désir physique : « A cet instant-là, Mordélia le trouva si beau, si fort » (p.376) : l’adverbe d’intensité « si » élude l’expression de la conséquence (le trouva si beau, si fort, que…), qui est cependant exprimée dans la phrase suivante, où elle compare Akan aux héros antiques, ce qui a pour conséquence une sensation physique de type amoureux :

elle sentit le poids de son livre contre sa poitrine. Sa chaleur aussi, comme s’il l’irradiait.

p.376.

La parataxe, ici, signifie la non-conscience du personnage et transmet au lecteur les mêmes sensations que Mordélia, subjuguée par le Héros qu’est devenu Akan, et qui fait se superposer la réalité et la fiction, le réel et le mythe : Akan est entré dans son livre, Achille est sorti de L’Iliade sous les traits d’Akan, Mordélia aime Akan autant que son livre, elle veut donc vivre la Guerre de Troie, comme les enfants jouent aux histoires qu’ils connaissent ou qu’ils inventent, mais ici, dans la diégèse, ce n’est pas un jeu : ce sera un vrai massacre, et Mordélia s’en réjouit, et Akan n’en est pas effrayé.
Cette métamorphose n’est pas seulement une vision de Mordélia : comme nous l’avons dit, les enfants du château voient en Akan Achille.

Un héros pour de vrai ! Un géant !

p.258.

Pourquoi Achille ? Sûrement pour son talon, car sans cela, ce serait une véritable boucherie.

2. Le talon d’Akan

La faiblesse d’Akan, c’est justement qu’il reste Akan : la cohérence de ce personnage, portée par son nom, fait qu’il n’est pas de la culture gréco-romaine. L’admiration suscitée par sa taille (p.258, c’est la 2e fois que c’est mentionné) ne fait pas de lui un tyran. Pourtant, les enfants, ceux du tipi et ceux du château, le suivraient sans qu’il ait à les contraindre ; ce « géant noir » (p.258) les éblouit, mais son apparence physique n’est pas une enveloppe de super-héros. L’auteur pourtant joue de cette référence : Mordélia, elle, porte un costume :

Mais comme pour lui ressembler, elle portait des habits très noirs, aussi noirs que ceux d’un corbeau, ou d’un autre oiseau plus noir encore.

p.13.

C’est l’un des attributs principaux des super-héros : porter un costume, qui, souvent, cache leurs faiblesses, leurs échecs, leur humanité. C’est ainsi que Mordélia est conçue, d’autant plus qu’elle a des (super-) pouvoirs de guérisseuse ; alors qu’Akan, lui, n’a pas besoin de se fabriquer une apparence pour cacher ses faiblesses. Elles font partie de lui, comme un équilibre et non comme une contradiction. Le talon d’Akan, ce sont les autres : il agit pour eux et avec eux, et , surtout, les élève au rang de chef, comme il le fait avec Mordélia, et, dès les premières pages, avec Zyzo, qu’il fait monter au quatrième étage pour le considérer comme leur égal. Egaler Akan semble possible, et Bill se rêve en « King-Bill Ie » (p.223).

3. Un tyran en puissance ou un chef d’une grande humanité?

Ce n’est que le 1e tome, et l’entrée en guerre d’Akan, tout comme sa « métamorphose » en héros, peuvent faire basculer. Ce premier livre place Akan à la croisée de deux chemins : être un tyran, être un héros qui va défier les dieux, au risque de se perdre et de perdre les siens, ou être un chef humain. Autrement dit, osciller entre le personnage-type (de chef, de héros) et le personnage-prétexte (de désir de puissance / de désir d’obéir du lecteur), ou passer de ces deux extrême à un effet-personne qui permet au lecteur de s’identifier et, comme l’explique Serge Boimare, de devenir lui aussi un héros, à sa manière, dans sa vie.

III) Un héros dangereux?

La lecture que fait Mordélia de L’Iliade est à interroger : proche du Bovarysme, quand elle sert son livre tout contre elle, elle est prête à tout pour vivre ce qui se déroule dans son imaginaire. Elle trahit Akan, manipule Bill, et devient une guerrière impitoyable qui semble vivre uniquement pour le combat. L’épopée serait-elle dangereuse ?

1. Un héros insensible

La sensation que nous avons définie comme étant de type amoureux, au moment où Mordélia aperçoit Akan comme le héros de ses rêves, est en fait une manifestation physique de désir. Rien n’unit les deux personnages, à part une répartition de la gestion du groupe, comme dans la culture des Akans, et ils ne s’aiment pas, ils en semblent tout à fait incapables. Zyzo, lui, tombe amoureux. Il est un autre type de personnage, de héros (puisqu’il est le personnage principal). Bill aussi, est amoureux, et il apparaît comme l’autre type possible : le roi (King Bill), mais un roi humain, qui aime :

Akan était peut-être plus fort que lui, plus intelligent, mais il ne mettait jamais les pieds dans la ville. Il profitait de Mordélia, de son pouvoir, l’écoutait quand ça l’arrangeait et se méfiait d’elle le reste du temps. Et surtout, il ne l’aimait pas. Pas comme Bill aimait Mordélia en tout cas. Akan ne lui était pas dévoué. Il n’était pas prêt à mourir pour elle.

p.188-189.

Face au héros épique se dresse le chevalier courtois, face auquel Akan paraît bien inhumain, en effet. Pourtant, c’est par le biais des qualités rappelées ici, dans le discours de Bill, narrativisé encore une fois, que le narrateur emmène le lecteur vers ses désirs les plus profonds, peut-être : non pas être au service de la personne que l’on aime et mourir pour elle, mais être le plus fort, physiquement et intellectuellement.

2. Quelques défauts, tout de même…

Cette identification au héros beau, fort, intelligent, est possible par ce que ce héros n’est pas parfait, et n’est pas toujours le plus fort. Le couple Mordélia – Akan fonctionne comme le couple personnage – lecteur : comme elle, le lecteur peut s’interroger sur ses hésitations, et même le trouver « lâche » (p.91) quand il refuse de faire la guerre et préfère attendre, alors que la situation est grave. Comme le lecteur aussi hésiterait à aller au combat, ou comme le lecteur se prendrait de face le mépris d’un ami, ou se ferait doubler par les arguments de quelqu’un avec qui il n’est pas d’accord. Akan cède-t-il à Mordélia, quand il accepte le conflit avec les enfants du château, ou est-ce une décision prise posément ? Le silence face à sa partenaire, quand elle lui fait remarquer qu’il a changé d’avis, peut être compris comme une preuve de sa force de décision, ou comme le moment où il cesse d’argumenter, non pas de la façon dont il se tait devant Bill (car parler ici lui semble vain), mais justement parce qu’il serait à court d’arguments, parce qu’il prendrait une décision déraisonnable, dans une folie-reflet de celle de Mordélia (qui le rêve en héros grec), mais sans prendre conscience qu’il réagit à ces sollicitations et ses regards admiratifs extérieurs.

3. Akan est un héros, pas un dieu

L’humanité d’Akan correspond à la définition du héros, demi-dieux, et donc demi-humain. Il n’est pas un super-héros, il ne porte pas de costume qui cacherait sa faiblesse. Nous l’avons vu, c’est justement sa peau noire qui lui sert d’armure, mais ce n’en est pas une, pas plus qu’un costume. C’est même sa faiblesse : Akan est comme Soutïm, un « enfant-Singe solitaire à la peau aussi noire qu’Akan, qui composait des chansons » : c’est un artiste, un rêveur, un créatif (p.60), et sa qualité de chef semble alors n’être due qu’à son apparence physique : même s’il l’assume, il est implicitement décrit comme malheureux, souffrant peut-être de la mélancolie des personnes qui vivent loin de leur nature profonde. Cette faiblesse, d’ailleurs, est une véritable force : il connaît les gens, c’est sûrement pourquoi il gouverne avec justesse et raison. Il comprend ce qu’il y a d’humain au-delà des différences, comme ses paroles le précisent :

– Je ne leur en veux pas, expliqua Akan d’une voix toujours apaisée. Ils défendent ce qu’ils possèdent, je pense que j’en ferais autant à leur place. Ils ont été placés à l’abri derrière les murs du château par des parents savants et organisés. Les nôtres n’avaient pas ces moyens, ils ont fait ce qu’ils ont pu, nous ont appris des techniques de chasse et de pêche, des rudiments de lecture et d’écriture. Juste assez pour qu’on survive.

p.408.

Le narrateur précise l’exploit que vient d’accomplir Akan, et c’est un exploit sensible et intelligent :

Le chef du tipi n’avait sans doute jamais entendu parler de Marie-Lune, et pourtant, il avait deviné que les enfants du château n’étaient pas tout à fait comme eux.

p.408.

C’est ainsi un autre type d’héroïsme que nous propose l’auteur, un héroïsme de la réflexion mais aussi et surtout de la sensibilité, de l’altruisme, lié à la créativité. Le lecteur, ainsi, peut s’identifier à Akan, du moins le comprendre, sans s’identifier totalement (on risquerait de sombrer avec Mordélia), mais l’écouter et sentir, comme Akan le fait avec les enfants du château.

Pour conclure,

nous pouvons dire que le personnage d’Akan n’est pas le personnage principal, mais il est le héros : demi-dieu mais pas super-héros, son humanité est sensible et posée. Il est aussi le héros du roman, car c’est par lui que passe la réflexion sur le rapport à la lecture et à l’identification. Personnage-type qui interroge les modèles littéraires, de l’Antiquité à nos jours, il n’est pas un enfant comme les autres, mais le lecteur le regarde avec les mêmes yeux que Zyzo : avec admiration et respect.
Par ce décalage de l’effet-personne, Michel Bussi construit un personnage exemplaire et épouse la portée didactique de l’épopée, celle que perçoit Boimare dans les récits homériques, auxquels il est d’ailleurs fait référence.

Pourquoi L’Iliade ? Parce que c’est encore un récit de groupe, avant L’Odyssée qui est le premier roman, le premier récit centré sur un individu.


Akan n’est donc pas le héros comme Ulysse, mais bel et bien Achille, qui correspond à l’idéal moral du chevalier homérique. Il est aussi celui qui refuse le combat, jusqu’à la mort de Patrocle. A la fin, Akan veut se rendre (p.468), il refuse lui aussi le combat, mais Mordélia, contrairement à Agamemnon, ne tente pas de la convaincre : elle prend sa place et provoque un combat non pas meurtrier (mais qui aurait pu l’être), et sûrement nécessaire pour que la réconciliation ait lieu.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search